MARC LAMY

< Retour à la liste des artistes

"Le terme d'art brut, inventé par Jean Dubuffet, désigne un art spontané qui échappe à toute influence intellectuelle, au conformisme social, au conditionnement culturel."

"Ces artistes nous font pénétrer dans l'intimité de leur monde si particulier et stimulent notre imaginaire."

  •                                                                                                               

 

Marc LAMY

 

            Enfant unique, né à Lyon en 1939, six mois avant le début de la guerre, Marc Lamy doit l'inspiration de ses dessins à l'art du vitrail que pratiquait sa mère en collaboration avec son père. En réaction contre une évolution qu'elle ne partageait pas, sa mère s'employa à développer une recherche se référant aux secrets perdus du Moyen-Age. Favorisé par ce contexte, il partagea avec ses parents une vie monacale et autarcique.

            Elève des Pères Jésuites, puis étudiant à l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon, Marc Lamy acquiert une culture singulière. Abandonnant le milieu artistique dont il est issu, il poursuit les travaux de sa mère en s'intéressant à la langue hébraïque et aux fondements de la mystique juive (Kabbale). Les éléments de Latin et de Grec, acquis chez les Pères Jésuites, lui permettent de comprendre les bases étymologiques du langage alchimique qui soutient la pensée médiévale.

            Marc Lamy a pratiqué plusieurs métiers, dont la cuisine (il tint pendant quelques temps un restaurant). Il s'est marié, eut un fils et divorça. Ce divorce, sa mère (devenue grabataire) dont il s'occupa, et une activité professionnelle effectuée auprès de délinquants d'origine maghrébine le déstabilisèrent et le rendirent insomniaque. Epuisé, il fut interné pendant quelques temps à l'hôpital du Vinatier en 1988.

            C'est dans cet hôpital qu'il se remet à dessiner à la suite d'une réaction allergique provoquée par les médicaments. La veille même de la mort de sa mère en novembre 1988, Lamy entend des voix alimentées par le vécu d'une enfance qui, ressurgissant à chaque instant, lui prédit sa nouvelle destinée : " Maintenant, c'est à toi de jouer". A ce titre, il est proche de la démarche du spirite Augustin Lesage lorsqu'il entreprit sa première toile.

            Lamy doit sa révélation artistique à l'encouragement des médecins et au rapport hypnotique entretenu par le va-et-vient du stylo à pointe tubulaire dit "Rotring" sur la feuille de dessin. Par le truchement d'un mode gestuel relevant de l'écriture automatique, cette forme d'hypnose (qui le fait dessiner sans relâche pendant des heures entières) lui fait découvrir tout un univers de formes remontant à la prime enfance. De cette texture linéaire surgissent des motifs se juxtaposant comme le seraient des verres montés en plomb. Il doit ainsi la composition de ses dessins aux problèmes posés par le sertissage des vitraux.

 

Jacqueline Porret-Forel, Chigny sur Morges le 30 juillet 2001

 

Expositions individuelles sélectionnées

2003 Andrew Edlin Gallery, New York

2002 Interlignes, Paris

1994 Collection de l'Art Brut Lausanne

 

Expositions collectives sélectionnées

2007 Brussels 25 th Contemporary Art Fair, Bruxelles

2007 Outsider Art Fair, New York

2006 5 Year Anniversay Group Show, Andrew Edlin Gallery NY

2005 Art Brut Drawings, Andrew Edlin Gallery NY

2002 De Stadshof Collection, Museum Dr. Guislain, Ghent

2001 Eternod-Mermod Collection, Halle Saint-Pierre, Paris

2001 Opere di Art Brut dalla collezione Eternod-Mermod di Losanna Galleria, Gottardo            Lugano

2000 Treasures of the Soul : Who is rich? American Visionary Art Museum Baltimore

1999 Masters of the Margin, de Stadshof Museum, Zwolfe (Pays-Bas)

1997 Eternod-Mermod Collection of Lausanne, Begles (France)

1994 Les Obsessionnels, Collection de l'Art Brut, Lausanne

 

Collections sélectionnées

Collection de l'Art Brut Lausanne

Museum Dr Guislain Ghent

Musée d'Art Moderne Lille Métropole Villeneuve d'Asq

 

Bibliographie sélective

Art spirite, médiumnique, visionnaire : message d'outre-monde, exhibition catalogue, Halle Saint-Pierre, Paris 1999.

Editions Banque Paribas-institut pour l'étude de l'art, les Musées Suisses, Zürich 2001.

 

 

DÉFINITION DE L’ART BRUT - Marc Lamy, Lyon le 12 novembre 2004

            C’est à Jean Dubuffet que l’on doit la prise de conscience de l’art brut comme une forme d’art à part entière. La démarche de Dubuffet qui fonda la Compagnie de l’art brut en 1945 fut en fait une réaction contre un ordre établi. Jean Dubuffet visait à découvrir, comme il se plut à le dire lui-même : "des productions de toutes espèces - dessins peintures, broderies, figures modelées ou sculptées, etc... - présentant un caractère spontané et fortement inventif, aussi peu que possible débitrices de l’art coutumier ou des poncifs culturels, et ayant pour auteurs des personnes obscures, étrangères aux milieux artistiques professionnels". Jean Dubuffet souligna aussi l’importance du milieu dans lequel les auteurs d’art brut vivaient et l’isolement culturel qui s'ensuivait, à l’instar du Facteur Cheval.

            À cause d’une évolution technologique qui a fait éclater la société occidentale, on ne peut comparer la société de la fin du XIXe et première moitié du XXe siècle à ce que nous vivons actuellement, les moyens de communication, l’informatique, le phénomène télévisuel et l’usage  de la chimiothérapie dans les hôpitaux ayant notablement changé les conditions de la vie sociale. Outre les critères définis par Dubuffet, il est bon de rappeler le phénomène de rupture qui est prépondérant chez les auteurs d’art brut. Il se manifeste par un sentiment de résistance et de remise en cause se traduisant par une expression puisée dans le vécu d’une histoire personnelle. Dans la plupart des cas, Elle correspond à une construction (ou reconstruction) effectuée à partir d’une culture d’origine. La compréhension d’une culture originelle est très importante, quel qu'en soit le contenu esthétique dans lequel on veut enfermer ce "type d’art", et tel que la société l’établit avec ses codes qui, en regard de l’art brut, n’ont aucune valeur. Les représentations d’art brut s’accompagnent presque toujours d’une interprétation personnelle du monde dont le caractère métaphysique est à souligner, car il engage l’auteur d’art brut à refonder un ordre à partir de sa propre culture (même si celle-ci est sophistiquée et très savante), et non pas à partir des poncifs dictés par l’air ambiant de la société dans laquelle il est inscrit. À cause d’aliénations difficiles à supporter, certains individus sont parfois obligés de recourir à la psychiatrie. Ces multiples incidences expliquent la difficulté des relations (parfois conflictuelles) que les auteurs viagra pas cher d’art brut entretiennent avec leur entourage, celles-ci les entraînant, dans une non communication et à une exemption du sens. À cet égard, il faut souligner les penchants psychotiques de nombre d’auteurs d’art brut, ces psychoses pouvant les conduire, tel Wölfli, jusqu’à l’OUBLI total d’une personnalité marquée par l’exclusion et la répression. Des phénomènes psychiques peuvent alors se manifester par la folie ou encore par la falsification volontaire de leur propre identité, comme Juva - authentique prince autrichien. Ils peuvent prendre aussi la forme d’une revendication médiumnique ou spiritiste, à l’instar d’Augustin Lesage ou de Jeanne Tripier. Ces phénomènes qui s’accompagnent généralement de visions, d’hallucinations et de voix se situent au-delà de la normalité ordinaire, ce particularisme leur servant de prétexte ou d’alibi pour décliner la responsabilité de leurs oeuvres. En s’avérant comme étant la source d’une véritable angoisse, cette implication peut les conduire jusqu’à la dénégation de la signature face à un statut social voulant les reconnaître comme des artistes, reconnaissance dont les véritables auteurs d’art brut n’ont que faire. Il ne faut pas oublier non plus les conditions dans lesquelles ils vivent. Elles sont liées à trois mots importants que souligne Lucienne Peiry, l’actuelle conservatrice de la Collection de l’art brut de Lausanne. Ce sont : Secret, Solitude et Silence. C’est pourquoi on ne peut pas faire entrer l’art brut dans les schémas de l’art conventionnel où l’artiste culturel expose généralement avec le désir d’être reconnu socialement et de vendre. Le courant développé par la prise de conscience de l’art brut a été important, il a eu comme conséquence d’avoir influencé des artistes provenant d’horizons les plus divers.

 

 

 

 

Dessin à l'encre de Chine et au stlylo "Rotring" 2000  65 x 65

 

 

 

 

 

 

Dessin à l'encre de Chine et au stylo "Rotring"

 

 

 

 

 

Dessin encre de Chine  et au stylo "Rotring"

 

 

Dessin à l'encre de Chine et au stylo "Rotring"

 

 

Dessin à l'encre de Chine et au stlylo "Rotring"