NICOLAS CLUZEL

Artiste Peintre

Nicolas Cluzel nous montre des tableaux que n’aurait pas reniés Chaim Soutine marqué, par la tragédie du vivant ou Francis Bacon avec son angoisse de la vie.
Les toiles de Nicolas Cluzel nous interpellent sans que l’on sache ce qui en nous provoque cette réaction. C’est tout le mystère de sa peinture.
Outre le fait de nous offrir une peinture chargée de sens Nicolas Cluzel montre aussi qu’il est un excellent coloriste.
L’oeuvre de ce jeune peintre trouvera immanquablement sa place chez les amateurs d’Art.

Séléction d’oeuvres

Textes

« Nicolas Cluzel bouscule la matière, incarne à l’aide de gestes amples et de tons incendiaires des animaux écorchés ou des bouquets fleuris. Héritier de Rembrandt et de Soutine, la lumière et l’onirisme actuels en prime, le besoin de caricaturer cher à ses œuvres anciennes désormais en sommeil, il fouaille les formes et maçonne les ambiances avec avalanchitudes (sic!). »

Texte de ARTENSION (N°155 – 2019)

« Nicolas Cluzel sait pertinemment que les sujets en peinture sont limités et que l’objet de cette dernière est de s’inscrire dans son temps au moyen de ces sujets. Le renouvellement de sens qu’il propose dans ses œuvres l’emporte alors largement sur ce qui pourrait être sommairement perçu comme un art de citations. Si beaucoup peignent ou sculptent l’action du temps sur la transformation des corps quelle qu’en soit la nature, Nicolas Cluzel, lui, mesure les modifications que ce même temps introduit, au niveau des concepts, des idéologies, des croyances, des modes de vie, dans la lecture des mêmes faits à quelques siècles de distance. Sa peinture est l’interprétation d’une réalité et non sa simple reproduction. Il instrumentalise cette interprétation par une remarquable connaissance des techniques et des caractéristiques physiques de la peinture. Le mimétisme imparfait, le choix arbitraire des couleurs, la prise en compte de la fluidité de la peinture et des effets qu’on peut en tirer sont utilisés pour donner à la réalisation finale sa propre personnalité. Et en faire un objet digne d’intérêt par lui-même ou en d’autres termes une œuvre. »

 
Texte de Yves Gnaegy (Galerie Anna-Tschopp)