SABRINA GRUSS

Plasticienne multimédias

Sabrina Gruss travaille avec du « vivant-mort » : cadavres d’animaux et squelettes fragiles viennent se mêler à ses créations en tant que matériau, mais également en tant qu’accessoires, parures, ornements, décors, ou encore sujet, dévoilant de fait la pluralité d’un monde onirique tout à la fois tragique et comique.

Cela fait maintenant plus de trente ans que Sabrina Gruss fait de la mort une partenaire de jeu féconde et s’applique à redonner vie à de la matière environnante trouvée au hasard de ses promenades dans la campagne avignonnaise. Son atelier, véritable caverne aux trésors, regorge de merveilles d’outre-tombe, collectionnées et archivées méthodiquement : ossements entiers, en miettes ou fendus, écorces vieillies, renards momifiés, scarabées épinglés, rats séchés et pétales de velours. Enseignante en arts plastiques, elle a exercé dans les quartiers dits « sensibles » ainsi qu’en milieu psychiatrique et carcéral.

Séléction d’oeuvres

La dame blanche

Arpège

Chanson douce

Il était une fois

Il n’y a que toi et les oiseaux

Jardin d’hiver

Le secret

L’invitation

Biographie

Sabrina fut sommée de venir au monde au début du mois de février 1958 dans le 12e arrondissement de Paris. Elle pose à cette occasion son premier acte de résistance aux forces de la nature et elle ne se rendra qu’aux forceps. C’était moins d’un an après la naissance de son frère.

Par la suite, leur yiddish mama tenta bien de les dévorer afin qu’ils réintègrent l’endroit d’où ils n’auraient jamais dû sortir… En vain.

Son frère fut à l’origine un modèle. Non pas qu’il fut exemplaire mais cet être singulier et dissymétrique était debout et se mouvait grâce à un assemblage de cuir, de fer et de bouts de ficelles ce qui était fort admirable… Et mystérieux car elle avait le sentiment d’être la seule à constater ce phénomène tant était puissant le déni qui rendait muets ses parents.

Mais tout commença vraiment au début des années soixante, lorsque leur père crut enfin réussir à séparer ces espèces de siamois en leur intercalant une petite sœur qui vint très vite se nicher entre eux.

Ils étaient parvenus à réinterpréter l’espace familial, très petit et menaçant, en un monde exaltant et sans limite tant l’imagination de Sabrina déjà était féconde. Seulement voilà, comment intégrer cette nouvelle personne, si différente et tellement vulnérable, étrangère à la culture échafaudée entre eux deux ?

Alors pour cette petite sœur, elle se mit à déconstruire et recomposer toute la matière environnante : les poupées cassées, les bouts de tissus, les bafouillages de bandes dessinées, les jeux incomplets et dépareillés (et beaucoup d’autres choses que sa mère ne retrouva plus jamais). Ainsi, elle lui inventait une pédagogie de la réalité d’à côté, la vraie, celle qui, en proposant un autre regard sur le monde, dévoile sa vérité et offre une chance de le saisir.

Beaucoup plus tard, au début des années 80’, ses professeurs des bozars d’Avignon lui expliqueront ce qu’est l’intention artistique et elle réalisera alors que les études permettent de comprendre ce que l’on a appris il y a très longtemps.

Mais revenons aux années 60’. Ne croyez pas que Sabrina racontait des histoires à sa sœur. Non, non ! Elle lui expliquait le monde et en nommait les créatures. Ainsi prirent corps Le Babayou, Sandrépoupou, Titou son double et autres Krabichnouk… personnages effrayants pour le commun des mortels qui s’arrêterait aux apparences ; autant d’anges gardiens pour ceux qui savent les apprivoiser.

Vous comprenez maintenant que ce que vous croyiez être des œuvres d’art sont en réalité des moyens d’invocation. Et merde ! j’devais pas l’dire !

Jacques, son frère.

Expositions personnelles

Galerie Béatrice Soulié : Paris « Petit inventaire des sous bois » ( 2001), « Cabinet de curiosité » (2003), « Défunts animés » (2005), « Cadavres exquis » ( 2007), « La mort en ce jardin »( 2010), « Parade avant la poussière »(2012), Marseille « Chanson douce au-dessus du gouffre » (en compagnie de Victor Soren) (2012), « Le cirque d’os et ses élégances » (2015), pièces récentes, en compagnie d’Hélène Lagnieu (2018)

Galerie Richard Nicolet : Coustellet en Luberon (2011)

Galerie Grand-rue : Poitiers (2010)

Galerie du Rat Mort : Ostende, Belgique (2006)

Galerie Matara : Marseille (2005)

Galerie Geneviève Favre : Avignon (2000, 2002, 2003)

Expositions de groupe

2018 « Art Up » Foire d’art contemporain Lille

2017 «  Perception » Hybridarium, La Rochelle, «Trésors cachés » galerie Béatrice Soulié Paris, « L’art dans tous ces états » galerie Art Compulsion Montpellier, « Amon seul désir » 20 ans de Mauvais genre chez Agnès b Paris, foires d’art contemporain Montpellier Art Compulsion,

2016 « Le Renard Pâle la liberté d’impression » 150 livres d’artistes Sotheby’s Paris, Coop.Art-la Marge Serviès en Val, galerie Richard Nicolet Luberon, Outsider Art Fair Paris galerie Béatrice Soulié

2015 Out Sider Art Fair Paris galerie Béatrice Soulié, La Cave Show Room Gallery Paris, Retour de Voyage, L’isle-sur la Sorgue, « Le Renard pâle, l’aventure singulière d’une maison d’édition » Hotel d’Agar Cavaillon, L’atelier Musée F. Michel Montpellier, Musée des Arts Buissonniers Saint Sever du Moustier,

2014  » Mondes singuliers » Galerie Espace Eqart Marciac, « Turbulences » Chapelle des penitents Falicon, « Les indomptés de l’art » galerie Jean Greset Besançon, foire St-Art Strasbourg galerie Jean Greset, Oliva creative factory collection Treger – Saint Sylvestre Portugal, galerie Richard Nicolet

2013 « Outsider Art Fair Paris », hotel le A galerie Béatrice Soulié. »St-Art Strasbourg « , foire d’arts contemporains galerie Richard Nicolet. Musée des Arts Buissonniers : Les Nouveaux Troubadours, 12370, Saint Sever du Moustier.  « L’Imaginarium Symbialys » mise en espace : Pascal Simonutti, 43160 La Chaise-Dieu.

2012 « L’animal que donc je suis » chapelle sainte Anne Tours. « E la nave va » galerie Richard Nicolet. « Au nom du Rat » galerie du Rat Mort Ostende

2011 « La poupée au delà du miroir » galerie Claire Corcia Paris. « Renard Pâle, l’intégrale » galerie Artcurial Paris

2010 Galerie Jakez Pont-Aven

2009 « La beauté des restes » Musée Arteum Châteauneuf Le rouge. « L’air de rien » église des frères prêcheurs Arles. « Les récalcitrants » galerie R. Nicolet. « L’art à part »galerie Nadine Servant Ollioules. Musée des arts buissonniers Saint Sever du Moustier. « Claude Roffat un parcours singulier » centre d’art contemporain de l’abbaye d’Auberive

2008 Biennale internationale d’art singulier d’Aubagne. Galerie Jakez Pont-Aven. « Difficult friends ship » : Art Council of England

2007 « Humour noire » : galerie 100 titres Bruxelles, Maison de la culture de Tournai Belgique, centre culturel de Spa Belgique. « Les primitifs contemporains » galerie R. Nicolet. Galerie Patrick Nelissen pays bas. Salons : les Élysées de l’art Paris galerie B. Soulié, Linéart Gand galerie R. Nicolet

2006 Musée d’histoire naturelle d’Avignon, « Collages d’artistes » librairie Nicaise Paris

2005 « Portrait de famille » : centre culturel Aragon Oyonnax. Galerie Jakez Pont- Aven

2004 : « Une lueur d’humour », « Au nom du rat » : Galerie du rat Mort Ostende  « Le pluriel des singuliers » « Art et Justice » galerie 13 Aix en Provence, festival international d’art singulier de Banne

2003 : « Au- delà du Corp. », Centre culturel Jacques Prévert Aix sur Vienne, « De quoi se mêlent –ils ? » : Musée de Romans, « Les Récalcitrants» : galerie G. Favre, galerie Jakez Pont-Aven

2002 : « Stephan Fromm et ses invités » Galerie Akwaaba Susy- en- Brie. Festival d’art singulier de Roquevaire. « Petits formats, grands desseins » galerie G . Favre.

2001 « Tout’ art hors norme », « Les récalcitrants » : Galerie Geneviève Favre.

Acquisitions

Centre d’art contemporain de l’abbaye d’Auberive

Musée La Fabuloserie

Collection Anne et Henri Sotta

Collection Jean Paul Khan

Musée des Arts Buissonniers Saint Sever du Moustier

Collection Treger – Saint Sylvestre, Oliva Creative Factory, Portugal

L’atelier Musée F. Michel Montpellier

Éditions

« L’hymne à La Mort » Éditions le Renard Pâle,

« L’ABC du collage » Éditions Le Renard Pâle

« La cour des miracles » et « Berceuse pour l’enfant rat » Éditions Grandir

« L’humour noir dans les arts plastiques » par Yak Rivais, éditions Eden

« L’encyclopédie pratique des mauvais genres » par Céline Du Chéné, Nada éditions

Parcours

Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP)

Diplôme d’université de formation aux réalisations multimédias (Documentaire radiophonique, reportage de création, fiction, clip musical)

Lauréate du prix Paul Niclausse en sculpture décerné par l’Académie des Beaux Arts de Paris 2019

Plasticienne multimédias et enseignante en arts plastiques travaille depuis 1981 dans les quartiers dits « sensibles », ainsi qu’en milieu psychiatrique et carcéral. Son travail personnel se développe autour de l’identité la mémoire et la trace.

Elle intervient également dans la direction artistique d’expositions, plus particulièrement pour le festival In d’Avignon en 1990 « Le Ramayana » et en 1991 « Ces empereurs aux ombrelles trouées » d’Armand Gatti, ainsi que dans la conception et réalisations de fontaines, aires de jeux, intégrés dans l’espace urbain, la création d’affiches et de décors pour le théâtre, dont la rencontre Internationale Théâtres Banlieues.

Coordinatrice et directrice artistique d’exposition (1988/1991)

Guide conférencière pour les expositions du festival In d’Avignon autour des arts plastiques : « Les peintres et le théâtre », Palais des Papes, Maison Jean Vilar, salle de Théologie

Création pour le théâtre (1984/1995) (décors , costumes) : « L’étrange voyage de Mohamed » compagnie Mises en Scène, « La pierre de la folie » de Fernando Arrabal, « Histoires de la vie ordinaire » (diaporama théâtral) « Chronique des funambules »  d’après la « Misère du monde de Bourdieu, « Chambres » de Philippe Minyana, « Humain » compagnie de danse Olivier Farges

Conception et réalisation dans l’espace urbain (1997 / 2003) : Fontaines, aires de jeux pour enfants mobiliers urbains, fresques, accès d’immeubles, aire de rencontre, pour les quartiers périphériques d’Avignon

Coordinatrice de projets culturels autour des Arts plastique (1981/1990) en partenariat avec le ministère de la culture et de la communication, Muséologie nouvelle, ville d’Avignon, HVS (Habitat et vie Sociale), DSU (Développement Social Urbain), ADC (Avignon Développement Culture),

Formatrice et enseignante en arts plastiques et arts appliqués (1979/1996) : écoles primaires, collèges, formation continue pour adultes (1987/1996) Projets pédagogiques avec de nombreuses institutions, médiathèques, musées, associations d’Avignon et sa région

Artiste intervenante en milieu carcéral (1988/1996): ateliers d’arts plastiques et expositions:

Maison d’arrêt sainte Anne, Avignon

Centre de détention du Pontet (1996-2001) exposition galerie 13 Aix en Provence

Artiste intervenante au sein des ateliers de pratiques artistiques (volume) à l’hôpital psychiatrique de Montfavet, Vaucluse (1993/ 2020) Nombreuses exposition dans la région et à l’étranger.

Expositions et évènements artistiques depuis 1981

Article de presse

Miroir de l’Art

Miroir de l’Art